Mon code de déontologie d’accompagnante

Sabrina Palumbo-Gassner

Coach spécialisée, ACT Thérapeute, pair-aidante et secouriste en santé mentale

Je suis membre de l’Association Francophone pour une Science Comportementale et Contextuelle (AFSCC) dont j’ai rejoins la commission clinique, également membre du réseau Psycom.

En tant qu’accompagnante, je respecte un code de déontologie qui intègre les critères définis par l’International Coach Féderation (ICF) et du Centre de Formation ZenPro. Je respecte également la Charte Éthique des pairs aidants telle que définie ci-après.

En synthèse, en tant qu’accompagnante (coach professionnelle et ACT thérapeute) :

  • J’ai suivi une formation professionnelle (théorique et pratique) apte à créer une compétence de coach et ACT thérapeute.
  • J’ai suivi une psychothérapie personnelle approfondie distincte de ma formation,
  • Je suis engagée dans un processus de formation continue et de développement personnel permanent,
  • Je respecte la limite de mes compétences professionnelles et me maintient dans un système de supervision de ma pratique par un tiers qualifié,
  • Je suis soumise aux règles usuelles de confidentialité qui s’étend à tout ce que j’ai vu, entendu ou compris au cours de mes interventions,
  • Je m’engage à une attitude de réserve, je m’interdis d’exercer tout abus d’influence auprès de mes patients-clients* et je respecte leurs valeurs propres dans le cadre de leur processus de changement,
  • J’ai une obligation de moyens (et non de résultat), j’attire l’attention de mes patients-clients sur leur responsabilité propre et la nécessité d’une coopération active tout au long du processus d’accompagnement,
  • Je fixe moi-même mes honoraires en conscience.

* Patients-clients : les personnes ou le groupe coaché, le professionnel supervisé.

Règles générales :

  • Je m’engage à traiter le coaché avec respect et veille à préserver la dignité de chacun en toute circonstances,
  • Je décris avec précision mes diplômes et certifications, mon niveau de compétence, mon expertise et mon expérience.
  • Je m’engage à maintenir une bonne réputation de la profession.

Ma déontologie d’accompagnante est au service du mieux-être des personnes que j’accompagne en général et en particulier de :

 

  • Ma vocation d’accompagnante : aider des femmes et des hommes dans leur chemin de libération des Troubles du Comportement Alimentaires / difficultés relationnelles à la nourriture. Aider des usagers de services en santé mentale dans leurs parcours de rétablissement. Mentorer, superviser, des professionnels de la relation d’aide et mobiliser leurs ressources pour les mettre au service de leur vie professionnelle et personnelle.
  • Mon ambition d’accompagnante : L’action vers les valeurs plutôt que la lutte.
  • Mon credo : « Ce qui ne peut danser au bord des lèvres, s’en va hurler au fond de l’âme. » Christian Bobin
1/ Exercice de l’accompagnement

En tant que coach professionnelle, j’accompagne des personnes, des groupes et des professionnels pour le développement de leurs savoir-faire et savoir-être.

  • Coaching individuel : personnes concernées par des relations douloureuses à la nourriture, personnes souhaitant atteindre un ou des objectifs spécifiques (travail sur soi, affirmation de soi, développement des potentiels, gestion des émotions…)
  • Pair-aidance : personne concernée par les questions de santé psychique ou pensant l’être, problème d’addiction, trouble bipolaire, dépression, burnout…
  • Supervision / analyse de la pratique : professionnels de santé, du médico-social, praticien(ne)es de la relation d’aide et notamment les coachs et thérapeutes amenés à accompagner des personnes potentiellement en prise avec un Trouble du Comportement Alimentaire.

En tant que coach ACT thérapeute, je suis une professionnelle de la relation d’aide pratiquant le coaching** à visée thérapeutique. Mon accompagnement tend à soulager les souffrances des personnes et s’appuie sur des méthodes de psychothérapies que j’ai moi-même expérimentées. 

Je m’assure que, avant ou lors de la première réunion, mes coachés et mes commanditaires comprennent la nature et la valeur potentielle du coaching, la nature de la confidentialité et ses limites, les modalités financières et tout autre terme de l’accompagnement.

Je définis, avec mes patients-clients et mes commanditaires, un accord / contrat portant sur les rôles, les responsabilités et les droits de toutes les parties concernées avant le début de la prestation de coaching.

Ma spécificité / valeur ajoutée est que j’ai acquis des savoirs expérientiels transformés en connaissances et que je mets au service des personnes que j’accompagne. 

Mon objectif est de permettre à la personne de sortir de la lutte et de s’engager en directions de buts valorisées (les personnes, les choses, les valeurs importantes pour elles) et ce, même en présence de difficulté et d’éléments inconfortables. Je les aide à mobiliser leurs ressources et aller vers une plus grande autonomie psychique. Je repère les problématiques, les freins au changement qui entravent le mouvement de vie et créent ou maintiennent la souffrance et les stratégies de lutte. 

Les connaissances et expériences professionnelles acquises dans le domaine de la santé mentale, ma qualité de secouriste en santé mentale, me permettent de repérer d’éventuels troubles psychiques, connaître l’aide à apporter à une personne qui subit le début d’un trouble de santé mentale, une détérioration d’un trouble ou qui est dans une phase de crise de santé mentale. Je travaille en réseau et en collaboration avec les professionnels de la santé mentale et si nécessaire j’oriente à mon tour vers des spécialistes.

Je m’autorise en conscience à exercer ces fonctions d’accompagnante à partir de ma formation, des mes savoirs expérientiels, et de la supervision de ma pratique.

**Coaching : établir un partenariat avec les patients-clients dans un processus créatif et stimulant qui les inspire pour leur permettre de maximiser leurs potentiels.

2/ Confidentialité

Je considère qu’une séance de coaching à visée thérapeutique est pour la personne que j’accompagne un espace – temps de réflexion et d’expression où elle peut librement et en confiance partager son intimité (ses souffrances, ses préoccupations, ses doutes, ses paradoxes, ses projets…)

En tant que coach et ACT Thérapeute, je ne suis pas tenue au secret professionnel. D’un point de vue déontologique et éthique, je suis garante de la confidentialité des informations qui me sont communiquées par mes patients-clients et de tout ce que j’aurai vu, entendu et compris au cours de mes interventions.

Je respecte la vie privée et la confidentialité des personnes accompagnées, sauf si la loi m’oblige à divulguer certaines informations (signalement de situations, cas de péril ou de mises en péril d’autrui).

3/ Respect des personnes

Je suis bienveillante mais non complaisante avec mon patient-client : dans le cadre du processus de changement, je confronte les croyances de la personne que j’accompagne tout en respectant ses valeurs. Je suis consciente de la possible existence de biais inconscients et veille à adopter une approche respectueuse et globale qui reconnaît et tient compte des spécificités de chacun. Je m’interdis d’exercer tout abus d’influence. Je m’abstiens de toute relation sentimentale ou sexuelle avec mes patients-clients et commanditaires. Je définis et maintiens des limites claires, appropriées et culturellement admissible en ce qui concerne les interactions physiques ou autres avec mes patients-clients. Je n’accepte pas de cadeau de valeur des personnes accompagnées.

En cas d’annulation de séance je demande à être prévenue 24 à 48h à l’avance et, sauf cas de force majeur, si ce n’est pas le cas je considère que la séance est due.

4/ Obligation de moyens

Je veille à bien comprendre les attentes de mes patients-clients. Ensemble nous fixons les objectifs selon la méthode SMART-ER définie sur mon site professionnel et nous nous accordons sur les modalités à mettre en œuvre pour y répondre. Ces objectifs peuvent changer au cours de l’accompagnement et peuvent être réajustés à tout moment. Le patient-client reste est responsable de l’atteinte de ses propres objectifs. En tant qu’experte du processus d’accompagnement je suis responsable du cadre et si besoin, j’ai recours à un confrère/consœur.

5/ Conflits d’intérêts – Refus de prise en charge – Fin anticipée d’accompagnement

Je suis consciente du risque de conflit d’intérêts de nature commerciale ou affective pouvant découler de la relation de travail et m’engage à régler ces situations de façon rapide et efficace afin qu’elles ne portent pas préjudice à mes patients-clients ou à moi-même. Je discute franchement de tout conflit avec mes patients-clients / commanditaires et, s’il n’est pas possible de le régler efficacement, je m’attache à trouver un accord pour mettre fin à la relation.

Je peux refuser une prise en charge d’accompagnement pour des raisons propres au demandeur, à son état, ou à moi-même. Dans ce cas, je recommande à un de mes confrères/consœurs.

J’alerte mon patient-client lorsque je constate des dysfonctionnements et met fin à l’accompagnement si j’estime qu’il ne m’est pas possible de continuer cette relation d’accompagnement. Les patients-clients sont libres à tout moment d’interrompre le suivi et de m’en donner la raison ou pas. En règle générale je propose une séance de clôture et de bilan.

6/ Obligations légales et réglementaires

Je suis tenue de me conformer aux obligations légales et réglementaires en vigueur dans le pays où j’exerce.

En cas de prises de notes lors du travail avec mes patients-clients, je veille à en garantir la confidentialité, la sécurité et la conformité à la législation sur la protection des données personnelles.

Je souscris une assurance responsabilité civile professionnelle couvrant mes activités d’accompagnement.

7/ Capacités professionnelles

Je possède les qualifications et expériences nécessaires pour répondre aux besoins de mes patients-clients et m’engage à ne pas excéder les limites de mes compétences. Le cas échéant, j’oriente mon patient-client vers des confrères plus expérimentés ou aux qualifications mieux adaptées.

Mon état de santé doit me permettre d’exercer mon métier d’accompagnante dans de bonnes conditions. A défaut, ou si je doute de ma capacité à exercer en raison de problèmes de santé, je demande l’assistance de confrères/consœurs. Si nécessaire, je mets fin à la relation d’accompagnement.

8/ Supervision permanente de ma pratique professionnelle

Afin de renforcer mon apprentissage et mon développement personnel, je mène une réflexion régulière sur ma pratique. 

J’entretiens une relation avec un superviseur qualifié et je participe à des moments de réflexion et d’échange de la pratique auprès de pairs. La fréquence est adaptée à ma pratique d’accompagnement. Je discute de tout problème éthique (réel ou potentiel) ainsi que de toute infraction au présent code de déontologie avec mon superviseur ou groupe de pairs pour obtenir assistance et conseil.

9/ Développement professionnel continu

J’élargis mes compétences d’accompagnante et d’acquisition de nouveaux outils d’accompagnement en étant inscrite dans une démarche de formation continue. 

J’évalue régulièrement la qualité de ma pratique, notamment grâce au feedback de mes patients-clients et d’autres interlocuteurs pertinents.

10/ ANNEXE : Charte éthique des pairs aidants

En tant que pair-aidante professionnelle je partage la vision et les valeurs suivantes :

  1. La responsabilité première des pairs aidants est d’aider les personnes utilisatrices de services de santé mentale à identifier leurs propres buts, objectifs et désirs ainsi qu’à effectuer l’identification personnelle de leurs besoins. En tant que pair-aidante je suis guidée par le principe d’autodétermination dans toutes mes interventions.
  2. Les pairs aidants devraient être des modèles positifs autrement dit encourageants pour leurs pairs. Mon mode de vie m’a permis de me rétablir/guérir. J’ai le respect de moi-même et de mes éventuelles difficultés.
  3. J’ai appris à mettre à profit mon expérience pour accompagner les autres.
  4. Je peux témoigner ouvertement auprès de mes collègues et de mes pairs de mon histoire de rétablissement des troubles psychiques de même que les facteurs y ayant contribué. Je suis en mesure d’identifier et de décrire les services et ressources axés sur le rétablissement.
  5. J’applique le principe du non-jugement. Je ne fais pas de promesses irresponsables aux personnes auprès de qui j’interviens. J’applique les bases de l’Open Dialogue, l’écoute active et l’approche par les forces.
  6. Je respecte les règles usuelles d’éthiques (pas de discrimination sur la base de l’appartenance ethnique, de la race, du sexe, de l’orientation sexuelle, etc)
  7. Je défends les intérêts et encouragent ceux auprès de qui j’interviens à prendre leurs propres décisions sur tous les aspects de leur vie lorsqu’ils sont suivis par d’autres professionnels.
  8. Je fais la promotion de la pleine intégration des personnes accompagnées dans la communauté en tant que citoyens à part entière.
  9. J’ai la culture du rétablissement. J’assure une veille des connaissances émergentes relatives au rétablissement et partage ouvertement ce savoir avec mes collègues.
  10. En cas de crise je sais orienter et passer le relais. Ils sais dire « je ne sais pas ».

Télécharger mon Code de Déontologie

Code de déontologie Sabrina Palumbo-Gassner