Bonjour,

Certes, j’aurais préféré m’appeler le Mickey ou le schtroumpf de la pair-aidance, le Candy, le Daisy ou encore le Barbe à truc des médiateurs de santé pair ; le Père-Noël ou autre terme joyeux, inventif, créatif et originaux, comme vous savez être, vous autres, les personnes hypersensibles, différentes, bref, inclassables.

Mais pour que votre métier soit pris au sérieux par les politiques qui visent l’entrée d’une nouvelle profession dans le pays, pour qu’il soit reconnu et classifiable justement, il est apparu à mes créatrices, Catherine et Sabrina, qu’il serait judicieux de m’affecter dans une case existante, connu de tous, la case “Ordre ».

Elles sont comme ça mes créatrices : stabilisées et ordonnées !

Si elles ont souhaité créer un ordre de la Pair-aidance/MSP, c’est avant tout pour professionnaliser le métier, pour qu’il soit reconnu, que vous et les pairs-aidés soyez protégés, et pour que vous puissiez être rémunérés. (pour ceux qui le désirent). En guise d’exemple il y a 7 ans un pair-aidant pouvait être embauché sur le barème des « auxiliaires de vie ». Les choses évoluent mais il n’y a toujours pas de barème propre à notre noble profession.

Pour se faire, elles ont choisi de me superposer à l’ordre des infirmiers, créé en 2016 et qui depuis, ont vu leur profession mieux comprise, mieux rémunérée -même s’il reste beaucoup à faire- 

Ancienne anorexique j’ai un long parcours en psychiatrie. Je suis l’auteure de plusieurs livres sur les troubles alimentaires. Je me suis tournée vers la pair-aidance en 2013 en créant une association et je suis devenue marraine d’associations. Aujourd’hui je suis coach en libérale et pair aidante professionnelle dans un dispositif ACT.

Sabrina

Porteuse d’un trouble bipolaire rétablie, auteure, secouriste en santé mentale et ambassadrice bénévole du Clubhouse, j’essaie de gagner ma vie en tant que coach pair-aidante en libérale, depuis 2007, grâce au bouche à oreille.

.

Catherine

 

J’ai bien conscience que mon nom “ORDRE » peut effrayer quand on n’est pas rétabli ou guéri. Catherine et Sabrina ont douté, elles aussi. En revanche, quand l’équilibre corps et âme (ou émotions) est bon, que les fluctuations se gèrent en toute humilité et que l’accompagnement du pair est un succès, alors le mot ordre apparaît comme une protection, comme de l’amour de soi et des autres. Un ordre est un gage de sérieux ; le désordre, un gage de mal-être.

Nous, mes créatrices et moi-même, tenons à préciser qu’à l’instar de l’ordre des IDE, il n’y aura aucune obligation à adhérer à l’ordre des PA/MSP et qu’aucune sanction ne sera administrée à ceux qui ne nous rejoindrons pas, (Comme nous avons pu le lire sur les réseaux 😳). Chacun sera libre de se joindre à nous quand il le souhaitera, ou pas.

C’est la difficulté à gagner sa vie en tant que pair-aidant/MSP et pour qu’un minimum de reconnaissance et de protection du métier, tant en salarié qu’en libéral, voit le jour qui fait que nous proposons aujourd’hui cette organisation d’ordre des PA/MSP.

Enfin, les questions de déontologie et d’éthique sont présentes dans notre réflexion c’est pourquoi nous avons travaillé parallèlement à une charte en collaboration avec des collègues pairs aidants. Nous souhaitons continuer d’avancer avec la participation de ceux qui sont sensibles au projet.

 

L’Ordre des PA/MSP

Sabrina Palumbo – Coach, pair-aidante en santé mentale, auteure

Catherine Brettes – Coach, pair-aidante, Ambassadrice Bénévole du Clubhouse France.

Pour soutenir la création de l’Ordre des pairs aidants :

https://www.change.org/p/cr%C3%A9er-un-ordre-des-pairs-aidants-c-est-leur-permettre-d-exister-et-d-exercer-librement-si-vous-souhaitez-soutenir-ce-projet-inscrivez-vous-ici

Partagez sur vos réseaux sociaux