Pourquoi j’ai choisi la Thérapie d’Acceptation et d’Engagement (ACT)

Pourquoi j’ai choisi la Thérapie d’Acceptation et d’Engagement (ACT)

Dans l’accompagnement des Troubles du Comportement Alimentaire nous sommes souvent confrontés au souhait de retrouver une relation plus saine et plus apaisée avec l’alimentation et une relation à soi et au corps plus respectueuse. Derrière cette demande, et même si elle n’est pas formulée explicitement, se trouve souvent le souhait de pouvoir mieux fonctionner dans ses relations aux autres et se sentir aimé.e de manière globale (holistique). Cette demande est au cœur de l’approche ACT.

Webinaire : « Troubles psy et alimentation… De la tête à l’assiette »

Webinaire : « Troubles psy et alimentation… De la tête à l’assiette »

Que se passe-t-il quand la nourriture devient une obsession, qu’elle occupe l’esprit avant, pendant ou après les repas ? Comment faire quand, par démesure, elle met la vie en danger, soit par excès, soit parce qu’elle est volontairement insuffisante ?

Y a-t-il des solutions si les médicaments brouillent les pistes de la satiété et perturbent le métabolisme ?

Troubles du Comportement Alimentaire : libérer la parole

Troubles du Comportement Alimentaire : libérer la parole

Les personnes anorexiques sont intelligentes. Elles savent ce qu’il faut dire ou ne pas dire pour servir leurs intérêts ou – disons-le – ceux de la maladie. C’est souvent la cause d’un certain « rejet » de la part des professionnels qui peuvent les percevoir comme des personnalités manipulatrices quand elles ne demandent qu’une chose : être aimées.

Troubles du Comportement Alimentaire : Remettre de la flexibilité dans l’alimentation

Troubles du Comportement Alimentaire : Remettre de la flexibilité dans l’alimentation

Contrairement à de nombreuses idées reçues, les symptômes d’une anorexie mentale ne se limitent pas au contenu de l’assiette, aux questions de poids ou de calories. Souvent, ces patients présentent des traits de personnalité communs, notamment, un certain perfectionnisme. Mais cette maladie implique aussi une forme de psychorigidité qui n’est pas révélatrice de leur caractère habituel. Cette rigidité, faite de règles diététiques mais aussi sociales et comportementales, présente un véritable frein à la démarche de soins.