Corps et âme en éveil

Peut-on guérir d’un trouble alimentaire ?

  • Peut-on guérir d’un trouble alimentaire ?

C’est une question qui revient souvent la réponse est oui guérir d’un trouble alimentaire est possible.

Pour citer quelques chiffres, on peut dire que la guérison complète est obtenue dans 60% des cas d’anorexie mentale restrictive et de boulimie, dans 50 à 60% des cas de compulsions alimentaires ou d’anorexie-boulimie…

La durée pour « s’en sortir » est variable mais dans tous les cas il ne faut pas désespérer et continuer de se battre, malgré les difficultés, malgré les rechutes…

  • La guérison c’est quoi ?

Plutôt que de parler de guérison (et ne pas forcément s’entendre sur les critères à prendre en compte), on parlera plutôt de guérisons : somatique, psychologique… et puis sociale, familiale etc.

En réalité il existe peut-être autant de définition de la guérison que de personnes guéries !

Gardons en tête que la guérison fait souvent peur, semble impossible (surtout s’il y a eu des échecs de prise en charge auparavant). Pour les malades il sera intéressant de s’approprier la notion de rétablissement en n’oubliant pas que se rétablir c’est un petit pas chaque jour…

Cette étude récente nous apprend que pour les personnes guéries, les critères de bien-être psychologique et d’acceptation de soi / résilience semblent primordiales.

Je dirais que la maladie nous « prive » et nous fait perdre beaucoup de choses ainsi chaque personne malade pourra identifier les critères qui lui semblent les plus importants afin de vivre une vie qui lui correspond en étant en bonne santé et aussi épanouie que possible. 

Je ne vais pas donner « ma » définition de la guérison (vous pourrez vous en faire une idée en lisant mes livres) par contre cette définition me semble assez juste :

Etre guéri « définitivement », c’est être capable de reprendre sa vie en gérant les imprévus avec confiance en soi et en la vie. C’est accepter que le monde est imprévisible et irréversible…Qu’on a pu être maigre et en grande forme avant…et que cela ne sera plus jamais le cas ! Qu’on a pu être « gros » sans savoir prendre sa place…et être devenu « normal » et être vraiment à sa place. C’est se revoir sur des photos en étant fier du chemin parcouru et touché par ce que l’on a vécu…touché de tendresse pour soi et non pas de honte !
Etre guéri, c’est se sentir bien avec soi-même et ressentir la même empathie pour soi que le thérapeute à pu en avoir pour soi.
Etre guéri, cela peut laisser place à de la sérénité là ou il y aurait pu avoir de la culpabilité et des regrets.

Sabrina Palumbo

Partager cet article :
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail