Corps et âme en éveil

Les TCA

Les troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaire sont un terme que l’on réserve à des regroupements de symptômes précis appelés : anorexie mentale restrictive ou avec boulimie/vomissements, boulimie, hyperphagie boulimique.

Les critères varient selon la classification choisie mais l’on retiendra :

– que l’anorexie mentale est définie par un indice de masse corporelle inférieur à 17,5 (poids/taille²) , avec un refus de maintenir un poids normal et une absence de règles (amenorrhée, de plus en plus rare avec l’usage des pilules contraceptives)

– qu’il existe deux types d’anorexie mentale : restrictive pure, c’est à dire avec des apports alimentaires faibles ou avec des crises de boulimie et des stratégies pour contrôler le poids après les crises.

– que la boulimie est définie par des crises survenant plus de 2 fois par semaine avec un poids normal, acquis par des stratégies de contrôle du poids souvent dangereuses.

– que l’hyperphagie boulimique est définie par la présence de crises de boulimie sans contrôle du poids, avec surpoids ou obésité.

En réalité, il existe de nombreux désordres alimentaires qui ne rentrent pas exactement dans ces définitions et qui pourtant font souffrir des personnes. On les appelle les troubles du comportement alimentaire non spécifiques ou EDNOS (eating disorders non otherwise specified).

On a également remarqué en suivant le parcours de personnes souffrant d’un trouble alimentaire qu’au cours d’une vie, elles peuvent développer plusieurs troubles: obésité puis régimes restrictifs avec périodes d’anorexie mentale puis apparition de crises de boulimie sans vomissements puis vomissements, etc…

Il semble de plus en plus pertinent de considérer qu’il y a trouble psychique lorsque la personne est envahie par des pensées autour du poids et de l’alimentation, que sa vie sociale est altérée en rapport direct avec un refus de se nourrir normalement. Ces critères peuvent se retrouver alors chez un plus grand nombre de personnes.

Les risques des troubles alimentaires sont :

– Les problèmes liés au potassium (qui diminue lors des vomissements ou si il y a une prise de laxatifs) : l’arrêt cardiaque survient parfois sans prévenir (morts subites).

– Les problèmes liés à l’amaigrissement : atteinte du foie, baisse dramatique du rythme cardiaque, épuisement, baisses de tension avec malaises, ostéoporose avec fractures spontanées, etc…

– Les problèmes dentaires liés aux vomissement ou à la dénutrition, les saignements digestifs…

– Et bien sur les problèmes psychiques tels que la dépression liée parfois à la dénutrition et qui peut s’améliorer lorsque la personne reprend du poids. Les tentatives de suicide ne sont pas rares et le suicide est une cause importante de décès.

Les réactions de l’entourage sont souvent les mêmes que celles de personnes alcooliques ou toxicomanes : elles ne comprennent pas le maintien de cette conduite, essaient d’argumenter jusqu’au conflit sur l’absurdité du comportement, excluent souvent la personne en souffrance. Une des étapes importante d’une thérapie vise donc à permettre à l’entourage d’accepter le caractère « addictif » du trouble alimentaire et la nécessité de vivre encore avec le trouble car la voie vers le changement peut être lente….vouloir qu’une anorexique remange et reprenne du poids en 1 jour , c’est comme essayer de faire sevrer un fumeur du jour au lendemain ! Toute la famille est impactée par les troubles. Sans culpabiliser les parents il s’agit tout de même que tout le monde accepte sa part de responsabilité et s’implique pour aider la personne malade.